Maurice RAVEL (1875-1937), compositeur

Lettre autographe signée INEDITE, Montfort-L’Amaury, 21 octobre 1921, adressée au peintre Edouard Baré (1841-1925).

Ravel évoque son départ pour Saint-Jean-de-Luz et regrette de ne pas avoir pu répondre à son correspondant : « votre lettre m’était parvenue juste la veille de mon départ pour St-Jean-de-Luz« ,

Il évoque son frère Edouard Ravel, qu’il a vu en coup de vent à la gare : « Je n’aurais même pas vu Edouard s’il n’était venu à la gare où j’arrivai juste pour sauter dans le train. »

Il a été accablé par la chaleur à St-Jean-de-Luz et n’a pas pu travailler.

Il s’en veut de ne pas avoir pu trouver le temps de répondre à Baré : « Vous savez peut-être ce que c’est que le remords causé par une lettre à laquelle on veut répondre« . Il passera néanmoins probablement par Nantes prochainement, et ira voir son correspondant.

Son frère Edouard devrait également écrire à Baré, mais « il ne faut pas y compter. Il faut des circonstances extraordinaires pour que je reçoive deux lignes de lui« .

Ravel évoque également une affaire qui a « empoisonné [son] séjour » : « une domestique partie en emportant divers objets…et l’ombrelle de [sa] mère, à laquelle [il] tenait beaucoup. »

Quelques taches d’encre et quelques légères déchirures.

Belle lettre intime.

PRIX : 1100 EUR