Charles de Lameth (1757-1832), Général et homme politique français

Discours politique autographe, sans lieu ni date

Intéressant discours autographe non daté, dans lequel Lameth éveille les consciences face au retour de l’Ancien Régime et galvanise une Assemblée. Il s’agit probablement d’un discours prononcé à l’Assemblée, peut-être pendant la Révolution de 1789, ou pendant celle de 1830, difficile à affirmer avec certitude.

«Ici, Messieurs, finirait ma tâche et mes supplications si je ne croyais devoir signaler plus particulièrement à vos suffrages quelques hommes, qui, à diverses époques, ont bien mérité de la patrie et qui peuvent encore lui rendre de grands services. C’est la Contre-révolution qu’on veut faire : c’est l’ancien régime qu’on veut rétablir. Ce sont les grands et nobles principes posés par l’Assemblée qu’on veut renverser. A qui donc appartient-il mieux de les défendre qu’à ceux qui les premiers les ont proclamés à la face de l’Univers ? Qui pourra mieux dévoiler les abus de l’Ancien Régime si ce n’est ceux qui en ont souffert et plus encore ceux qui par patriotisme en ont provoqué la suppression ? Qui pourra mieux résister aux attaques de la contre-révolution que ceux contre lesquels elle a dirigé les premiers efforts et qui ont été à même de (…) ses armes et sa tactique ? Vos premiers regards doivent donc se diriger vers les Constituants. : c’est à eux que vous devez confier le soin de défendre leur propre ouvrage. Plus ils sont rares, plus ils sont précieux, et ils sont acquis dans cette Assemblée mémorable la connaissance des Assemblées publiques. C’est aussi une sage reconnaissance que vous accorderez à leurs bons services et à leur inaltérable fidélité : les Lameth, les Lafayette, les DePradt…

Parmi ceux, dont les services plus récents n’ont pas été moins utiles, je citerai les noms de cette généreuse opposition de gauche, qui, dans les précédentes sessions, ont déployé tant de courage, tant de talents et tant de persévérance, dans la défense de notre liberté et de nos institutions. La France n’a pas oublié le nom de M. Keratry (a)

(a) ce noble caractère qu’il a montré lors du procès au courrier français, l’éloquence et le courage dont il a fait preuve dans son admirable défense, il laissera son nom à la postérité. Honneur au département qui le choisira pour son mandataire ! »

1 page recto-verso

Nous joignons 5 lettres autographes signées de Charles de Lameth, certaines adressées à son frère Alexandre.

PRIX : 350 EUR