Gilbert du Motier de LA FAYETTE (1757-1834), Général

Lettre autographe signée, Paris, le 1er mars 1833, adressée à M. de Sainte-Fère (adresse au verso de la main du secrétaire, petit cachet de cire)

Bi-feuillet petit in-4

Très intéressante lettre dans laquelle La Fayette précise son rôle politique lors de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789.

« Je vous dois des remerciements, Monsieur, pour l’attention que vous avez eue de m’adresser votre brochure, et pour le nouveau témoignage que j’y ai trouvé du grand nombre de gardes françaises qui ont concouru à la prise de la Bastille. Je n’ai eu aucun mérite à rappeler l’autre jour que je n’y étais pas. Car toutes les Histoires du tems, et les populations contemporaines de Versailles et de Paris ont constaté que dans cette circonstance je présidais l’assemblée Nationale où je reçus en cette qualité la nouvelle apportée par les électeurs de la Capitale. J’arrivai le lendemain 15 à la tête de la députation de l’assemblée, et fus ce jour là reçu comme Commandant général […] »

La Fayette se remémore les demandes de plusieurs gardes françaises réclamant ce jour-là leurs congés, probablement suite à « une instigation de MM. les officiers », requête qu’il accepta mais ne concerna finalement que peu de personnes.

Il relève enfin dans la brochure « quelques erreurs très justifiées par le long espace de tems ».

Cette relation de la prise de la Bastille par Sainte-Fère fut publiée au début de l’année 1833 sous le titre « Récit fidèle non publié jusqu’à ce jour, de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 », en écho à la promulgation de la loi de janvier 1833 accordant une pension aux vainqueurs de la Bastille. La Fayette avait vaillamment défendu cette mesure à la tribune en rappelant l’importance de cet événement pour la Révolution Française.