Henri IV (1553-1610), Roi de France

Lettre autographe signée, la Rochelle, 19 novembre [1586], adressée à « Monsieur de Lardyere » (Lieutenant du Roi en Haut-Poitou)

1 page oblong, rousseurs, écriture passée par endroits.

Intéressante lettre dans laquelle Henri, Roi de Navarre et chef des Protestants, évoque sa prochaine entrevue diplomatique avec la Reine de France Catherine de Medicis :

« Monsieur de la Lardyere, ayant besoin d’être accompagné de mes amis a cette prochaine entrevue avec la Reine [Catherine de Médicis] qui doit se tenir à la fin de ce mois et faisant état de la bonne volonté que vous me portez, j’ai bien voulu vous écrire ce mot pour vous prier de venir prendre part avec le meilleur équipage possible, vous assurant que vous serez le bien venu (…) Soyez à Lussant le 29 de ce mois avec votre meilleur équipage que pourrez et avec vos armes. Votre bien bon et assuré ami. Henry»

En 1586, la guerre fait rage entre Henri III, Roi de France, allié à Henri de Guise contre Henri de Navarre, futur Henri IV. C’est la fameuse «guerre des trois Henri ». Catherine de Medicis tente la voie des négociations. Elle organise une entrevue avec Henri de Navarre, qui est aussi son beau-fils (il a épousé Margot, fille de Catherine de Medicis). La rencontre est prévue pour debut décembre. Cette échéance est minutieusement préparée par la Reine dans un contexte tendu. Le 28 novembre, elle écrit à l’un de ses fidèles soldats : « Nous avons accordé, Le Roi de Navarre et moi, que nous nous assemblerons dedans le six ou septième du mois prochain pour regarder aux moyens d’une bonne et perdurable paix et repos général du royaume »

Les négociations vont bon train et chaque camp procède à des libérations de prisonniers. Des rançons sont exigées. Henri de Navarre consent à une trêve depuis La Rochelle, place forte huguenote. Malgré cela, les Protestants continuent le combat, en prenant notamment la ville de Rocroi. Catherine ne néglige pourtant aucun détail pour accueillir le futur Roi de France. Elle écrit, le 10 décembre : « Nous sommes d’accord que le lieu de notre entrevue sera en un château appelé Saint-Brice [à 5km de Cognac]. J’aurai mon appartement d’un côté et ledit Sieur de Navarre le sien, et y a une assez belle salle pour nous y assembler ». L’entrevue est fixée au 13. Henri vient « accompagné d’environ quatre cent chevaux de sa suite et de ces seigneurs qui sont avec lui »

Catherine raconte dans ses lettres la rencontre, les reproches réciproques, le jeu des négociations, les hésitations de Henri, et son absence de décision, objectant qu’il doit en parler à ses alliés anglais et allemands avant de prendre une quelconque décision.

Finalement, les négociations échouent. Il faudra attendre 1588 pour que la réunification se fasse, avec l’assassinat du Duc de Guise et la désignation officielle d’Henri de Navarre comme héritier du trône.

PRIX : 1750 EUR