Alfred DREYFUS (1859-1935), militaire

Lettre autographe signée,le 11 novembre 1908, adressée à un écrivain ou à un journaliste

Belle lettre d’amitié à l’un de ses soutiens :

« C’est avec un vif sentiment de plaisir que j’ai lu votre volume. Il m’a montré, ce dont je ne doutais pas, que vous ne m’oubliez pas, et aux heures parfois douloureuses, il n’est rien d’aussi doux au coeur. Je vous en remercie avec toute mon affection.« 

Dreyfus poursuit en  louant les écrits de son correspondant « si vivants que lorsque je les lis, je crois vous entendre » et énumère les qualités de jugement et de coeur de son correspondant. Enfin, il souligne le plaisir qu’il a eu à lire le discours sur Verdi « délicieux et d’une justesse d’appréciation remarquable« .

Quelques semaines plus tôt, Dreyfus est victime d’un attentat contre lui lors du transfert des cendres de Zola au Panthéon.  Dreyfus s’en sort avec quelques blessures…Et le tireur est acquitté.

PRIX : 700 EUR